L’Abbaye de Montbenoît en république du Saugeais.

Je suis allée  visiter un autre pays dimanche dernier : la république du Saugeais. J’avais bien sûr demandé mon laissez-passer à la présidente du Saugeais : Mme  Pourchet.

Quoi ? Ça ne vous dit rien ? Vous n’y êtes jamais allé ?

Vous plaisantez ? Le Saugeais a sa capitale (Montbenoît 325 habitants), son drapeau, son blason, son hymne, son timbre, ses douaniers, son premier ministre et sa présidente…. élue à l’applaudimètre !!!!!

Je sens que ça vous laisse pantois… Bien sûr, le Saugeais n’est qu’une république d’opérette née d’une plaisanterie entre un préfet et un hôtelier en 1947. Mais cela a permis de mieux faire connaître Montbenoît et de s’atteler à la restauration de son abbaye.

Le Saugeais est né au XIIième siècle. Vers 1150, Landry, Sire de Joux, désirant racheter ses péchers, fait don d’une terre à l’Archevêque de Besançon.

L’archevêque pour mettre en valeur cette terre montagneuse fait appel à des moines  de Saint Maurice en Valais (Suisse), ainsi qu’à des familles de Savoyards afin de défricher les bois et construire l’Abbaye.

Ces premiers habitants du Saugeais apportent avec eux leur langue, leurs coutumes, ce qui fait toute la spécificité du Saugeais encore aujourd’hui !

L’abbaye de Montbenoît est un ensemble unique dans le Doubs, mêlant l’architecture romane et gothique.

L’église est richement décorée…..

Dans l’église, les 42 stalles en bois sculpté, toutes différentes, ont été particulièrement abîmées par les Suédois en  1639 quand ils ravagèrent la Franche-Comté. Mais ils ont laissé des détails amusants, comme le crêpage de chignon.

Lors de leurs longues prières, les moines pouvaient se reposer en s’appuyant  grâce aux miséricordes.

Dans le cloître, on s’amuse des petits détails des frontons.

Les hirondelles y ont trouvé leur paradis.

La cuisine mène aux cachots et aux oubliettes et se visite aussi.

Des prières pouvaient se payer en sel, denrée chère au Moyen-âge

Sur l’imposante cheminée, je remarque des détails régionaux : grille saucisses et moule à bricelets… L’horloge comtoise n’a qu’une aiguille, qu’importe le temps quand on était moine !

Profitez de votre passage à Montbenoît pour vous acheter des salaisons de montagne : jambon à l’os, saucisses, bresi ( viande de vache salée et fumée) . Oups changement de propriétaire ?

J’espère que vous n’êtes pas suédois !

Si l’on en croit l’hymne du Saugeais, vous ne serez pas bien reçus !

Les vieux disent qu’ils avaient grand’peur,
Quand les Suédois arrivèrent chez nous ;
Nos maisons brûlèrent toutes,
Il n’y resta que des buissons.
Si maintenant les Suédois voulaient revenir,
Il y en aurait juste pour une « aiguisée »
Pour avoir cet hiver du bon « bresi »
On les pendrait à la cheminée.

Allez! N’ayez crainte! Depuis 1639, c’est oublié!

Publicités
Cet article, publié dans Doubs, Franche-Comté, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’Abbaye de Montbenoît en république du Saugeais.

  1. Ping : Mon rêve | Voyageuse Comtoise

  2. Sophie dit :

    C’est vrai que c’est un petit monde à part !!! de toute beauté tout près de chez moi !!!! de magnifiques photos !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s